Nouvelles

Publié dans Notes

Le bouquet est un oiseau! – Les erreurs de traduction et les leçons que nous pouvons en tirer

Parlons aujourd’hui de ce que l’on appelle les polysèmes et/ou homonymes. Ces groupes de mots représentent encore aujourd’hui l’un des plus grands défis de la profession de traducteur, et en particulier pour les petits derniers-nés de notre famille, les systèmes de traduction basés sur l’intelligence artificielle.

Ce sont des mots que l’on prononce et que l’on écrit de la même manière, mais qui ont une signification différente. Il faut “deviner” le sens en fonction du contexte – une chose que notre cerveau apprend déjà pendant l’apprentissage de la langue, de sorte que cela se fait en grande partie automatiquement et que nous n’avons plus besoin de réfléchir longuement pour savoir si, dans le contexte donné, il faut entendre “la mère” ou “l’écrou” quand nous voyons le mot “Mutter”.

D’ailleurs, il existe d’innombrables blagues et caricatures qui jouent sur la confusion entre ces mots.

Voici quelques exemples d’homonymes ou de polysèmes en allemand:

  • «die Bank» (la banque) et «die Bank» (le banc)
  • «die Mutter» (la mère) et «die Mutter» (l’écrou)
  • «der Kiefer» (la mâchoire) et «die Kiefer» (le pin)
  • « die Leiter » (l’échelle), der Leiter (conducteur, comme dans « semi-conducteur ») et « der Leiter » (le chef)
  • «die Lehre» (apprentissage professionnelle), «die Lehre» (dogme, enseignement) et «die Lehre» (appareil pour mesurer, p.ex pied à coulisse)
  • «die Steuer» (impôt) et «das Steuer» (volant)
  • «der Ball» (la balle) et «der Ball» (le bal)
  • «das Gericht» (le tribunal) et «das Gericht» (un plat, un repas)
  • «der Strauss» (l’autruche) et «der Strauss» (bouquet)

Certains d’entre eux peuvent être distingués par leur pluriel, mais d’autres non.

C’est d’ailleurs là que se produisent la plupart des erreurs de traduction des outils de traduction automatique, en particulier les “anciens” modèles comme babbel ou google translate. Mais même les outils plus récents et plus performants basés sur l’intelligence artificielle commettent encore des erreurs :

le bouquet est un oiseau erreur de traduction automatique

C’est pourquoi il est de bonne pratique de faire relire les traductions automatiques par une personne compétente (post-processing) avant de les publier, sous peine de provoquer des rires involontaires dans le public. Lorsque nous travaillons nous-mêmes avec ces outils, nous corrigeons ces fautes en ligne et l’outil intègre ces corrections et en tire des enseignements.

Mais n’ayez surtout pas peur à faire rire les gens en faisant ce genre d’erreur quand vous passez du temps avec des germanophones. Tous ceux qui apprennent une langue étrangère ont déjà confondu des mots, généralement quand ils ont une consonance similaire. Ma némésis personnelle est “orteil / orties ” – ils ne s’écrivent pas de la même manière et n’ont pas la même signification, et pourtant je dois à chaque fois réfléchir vivement pour savoir lequel des deux mots utiliser – et ceci depuis bientôt 40 ans !

Chaque faute que quelqu’un m’explique me rapproche d’une meilleure maîtrise du français et il en sera de même pour vous en allemand ! Si vous vous exercez assidûment, si vous vous faites corriger et si vous savez rire de temps en temps de vos propres fautes, cela portera vite ses fruits ✨ !

P.S. Par ailleurs, en étudiant la page des homonymes sur Wikipédia francophone, j’ai découvert que si le bouquet n’est pas un oiseau, il est en revanche une crevette.

Publié dans Notes

Partie 3 : Le modèle de réussite du futur est la collaboration entre l’humain et l’intelligence artificielle

Dans la première partie de cette série, j’ai expliqué pourquoi il était préférable de faire appel à une traductrice humaine plutôt qu’à une intelligence artificielle (IA) pour les traductions. Dans la deuxième partie, je me suis demandé sur quels points une IA était ou pouvait être supérieure à un traducteur humain.

J’ai été applaudie pour les deux articles : Le premier par des personnes plutôt méfiantes à l’égard des nouvelles technologies, le second par des “geeks” et des “early adopters” technophiles.

Alors qu’est-ce qui est vrai ? La traductrice humaine est-elle supérieure à l’IA ou l’IA est-elle supérieure à la traductrice humaine?

Cela peut paraître surprenant, mais : les deux sont vrais !

Comme nous l’avons vu dans les deux articles précédents, l’être humain et la machine “intelligente” ont tous deux des avantages et des inconvénients spécifiques. Seuls les traducteurs et traductrices qui sauront à l’avenir combiner leurs avantages avec ceux des outils basé sur l’IA pourront continuer à exercer leur métier à long terme!

Nous devons nous rendre à l’évidence : Les systèmes éditoriaux et les réseaux neuronaux dits “intelligents” existent, sont utilisés chaque jour dans un nombre croissant de domaines et ne peuvent plus être ignorés ! C’est pourquoi nous devrions nous concentrer sur la question de savoir comment les utiliser de la manière la plus utile et la plus socialement responsable possible.

Ces nouveaux outils vont profondément et durablement modifier nos méthodes et processus de travail en tant que traducteurs (à l’exception peut-être de la traduction littéraire). Ceux et celles qui ne suivent pas l’évolution subiront le même sort que les blanchisseuses à l’époque de l’introduction de la machine à laver.

Où en est ma position personnelle ?

Avec les mots d’un vieil ami: Good news: AI will not replace you. Bad news: A person using AI will.

Eh bien, cela peut vous étonner, mais pour créer les parties 1 et 2 de cette mini-série, je me suis fait aider par ChatGPT, la fameuse IA éditoriale : Je demande au système de me donner 10 arguments pour “l’homme supérieur à la machine” et 10 arguments pour “la machine supérieure à l’homme”.

J’ai dû supprimer quelques doublons, puis j’ai repris les listes obtenues dans mon Word, j’ai réfléchi aux points, je les ai développés, je les ai mis dans un ordre logique qui soit agréable à lire.

Tout cela fait partie de la révision classique d’un projet de texte, comme j’en ai déjà l’habitude dans mon approche précédente (d’abord mettre sur papier tout ce qui me vient à l’esprit, puis le structurer, le mettre en forme et l’élaborer).

Il faut être conscient que l’IA ne peut pas faire le travail de précision à votre place, en particulier la vérification des sources, des faits et de la vraisemblance. Il faut également être conscient que les biais, les structures de discrimination et les trous dans les données que l’on connaît déjà dans les moteurs de recherche existent également dans les systèmes d’IA et qu’ils vont probablement s’accentuer à l’avenir, lorsque de nombreux textes créés par des systèmes d’IA seront publiés sur Internet.

Et en ce qui concerne la traduction?

Il y a deux ans, j’aurais qualifié la plupart des outils de traduction automatique d'”inutilisables”. Entre temps, il y en a quelques-uns qui sont vraiment bons. Mais même eux ont besoin d’une “baby-sitter” humaine, qui ne maîtrise pas seulement le couple de langues (langue source et langue cible), mais qui connaît également la mentalité du groupe cible.

D’une part, un humain devra encore longtemps vérifier l’exactitude des traductions et les corriger si nécessaire. D’autre part, pour certains mots, l’IA ne peut que “deviner” leur sens dans le contexte (elle le fait à l’aide de probabilités), et l’humain doit vérifier que les mots sont utilisés correctement dans le contexte pour assurer la compréhension du texte cible.

Selon moi, le travail deviendra plus intéressant à l’avenir si les tâches standard ennuyeuses disparaissent et si nous pouvons nous concentrer davantage sur la partie intéressante de notre travail : La localisation, c’est-à-dire l’adaptation de la traduction au groupe cible et à ses spécificités.

Comment pensez-vous que les choses vont évoluer dans votre domaine ? Allez-vous continuer à faire appel à un traducteur humain pour garantir l’exactitude de vos textes ou avez-vous tendance à prendre le risque de faire confiance aux outils de traduction basés sur l’IA?

Publié dans Notes

Partie 2: Pourquoi une intelligence artificielle est supérieure à un traducteur humain

Il y a une semaine, j’ai expliqué ici pourquoi un traducteur ou une traductrice humain(e) était supérieur(e) à une IA. Aujourd’hui, je me suis penchée sur les raisons qui justifient l’exact contraire : Au lieu de confier une traduction à un humain qualifié, quelles sont les raisons de confier cette tâche à une IA ?

1. Temps réel

Les outil de traduction automatisée basés sur l’IA peuvent travailler en temps réel et sont donc plus rapides que les traducteurs humains. Cependant, la question de l’exactitude et de la précision de la traduction se pose si la traduction est publiée sans post-traitement. Cela peut être acceptable pour des applications internes à l’entreprise, mais les utilisateurs doivent être conscients à tout moment que des erreurs de traduction peuvent se glisser, et je ne parle pas ici de fautes d’orthographe ou de grammaire, mais du fait que des déclarations sont mal restituées.

2. Grandes volumes de texte

Un système de traduction basé sur l’IA est capable de traduire très rapidement de grandes quantités de texte. Toutefois, la question de la fiabilité de la traduction se pose également ici. Selon le contexte, de petites erreurs de traduction peuvent être totalement hors de propos, semer la confusion, rendre le texte incompréhensible – ou dans le pire des cas même mettre des vies en danger !

3. Quantité d’informations à disposition

Les systèmes d’IA ont accès à d’immenses bases de données de traductions antérieures et peuvent donc s’y référer pour améliorer la qualité de la traduction. Aucune traductrice humaine ne pourra jamais garder en tête autant d’informations en même temps.

4. Plusieurs langues cibles et sources

Les systèmes basés sur l’IA sont capables de traduire simultanément plusieurs langues sources et cibles, ce qui leur permet de s’adresser à un public plus large. Certains traducteurs humains maîtrisent trois ou quatre langues sources, mais il serait prétentieux de vouloir traduire dans plus d’une ou deux langues cibles avec une qualité constante. La plupart d’entre nous ne travaillent que vers leur propre langue maternelle, et ce pour de bonnes raisons. En revanche, le logiciel DeepL maîtrise actuellement 29 langues entre lesquelles il peut traduire de manière transparente et en temps réel.

5. Nuances culturelles et les idiomes

Les systèmes d’IA sont capables de saisir et de prendre en compte toutes les nuances culturelles et idiomes, ce qui est souvent difficile pour les traducteurs humains en raison de la quantité pure et simple d’expressions et de nuances.

Les systèmes d’IA peuvent capturer d’énormes quantités de textes et utiliser des techniques d’apprentissage automatique pour stocker toutes les nuances culturelles et les idiomes qu’ils contiennent et les utiliser ultérieurement. Pour ce faire, ils développent une “compréhension” de la manière dont certains mots, expressions et phrases sont utilisés dans une langue, de leur signification et de leur contexte. D’ailleurs, notre cerveau fonctionne de manière très similaire lorsqu’il apprend une nouvelle langue.

6. Disponibilité, pas de fatigue

Les systèmes d’IA sont disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et fonctionnent sans erreurs de concentration ou d’inattention ni retards dus à la fatigue. Ils n’oublient rien et ne négligent rien. Ils n’ont même pas besoin de vacances ! C’est quelque chose que les humains ne peuvent sans aucun doute pas faire.

7. Détecter et corriger automatiquement les erreurs

Grâce à la reconnaissance des schéma (“pattern”), aux méthodes statistiques (calcul des probabilités), les systèmes d’IA et les réseaux neuronaux peuvent analyser les traductions pour déterminer si elles sont grammaticalement correctes et sémantiquement pertinentes. Cependant, les traductions automatiques sont encore parfois erronées, car l’IA interprète mal le contexte.

8. Apprentissage automatique

Les outils de traduction basés sur l’IA peuvent s’améliorer grâce à ce qui précède, et ainsi améliorer continuellement la qualité de leurs traductions. Pour cela, ils ont encore besoin pour l’instant d’un traducteur humain qualifié qui corrige les erreurs à la main, classe correctement les mots individuels et donne le contexte si l’IA s’est trompée.

Conclusion

Ce ne sont que quelques points ! Cependant, presque chacun de ces points comporte un ou plusieurs “mais”. Et les “mais” indiquent surtout une chose : Les outils de traduction basés sur des systèmes d’intelligence artificielle ne sont pas des traducteurs à part entière et ne pourront pas (encore ?) les remplacer.

Par contre, ce sont déjà aujourd’hui des outils efficaces qui vont profondément modifier nos processus de travail. Que nous le voulions ou non : ce poussin a éclos et ne retournera pas dans l’œuf !

C’est pourquoi, dans la prochaine et dernière partie de cette petite série, je vous parlerai de la manière dont je travaille avec des intelligences artificielles pour rédiger et traduire des textes.

Publié dans Notes

Partie 1: Pourquoi un traducteur humain est supérieur à une intelligence artificielle

Les intelligences artificielles (IA) sont sur toutes les lèvres dans le secteur de la traduction et de nombreux et nombreuses collègues craignent d’être bientôt remplacés par une IA. Je ne pense pas que ce soit le cas.

Voici pourquoi l’engagement d’une traductrice humaine va rester indispensable à une entreprise moderne qui souhaite servir toute la Suisse :

1. Qualité

Un traducteur humain peut mieux garantir la qualité de la traduction en tenant compte de la contextualisation, du sens et des nuances de la langue source. Si une IA fait la traduction, un humain compétent en langues doit faire le post-processing pour assurer ces finesses.

2. Sensibilité culturelle

Une traductrice humaine connaît les différences culturelles et des mentalités et peut adapter les traductions en conséquence afin de s’assurer qu’elles sont pertinentes et compréhensibles pour le public cible. Comme pour le premier point, un être humain doit intervenir après une traduction automatique pour contrôler le travail de la machine et le corriger si nécessaire.

3. Des connaissances spécialisées

Un traducteur humain dispose généralement d’une solide expertise dans un ou plusieurs domaines et peut donc traduire des textes et des documents complexes de manière précise et correcte, alors qu’une IA est programmée pour traiter principalement des sujets généraux et a tendance à s’embrouiller dans les textes spécialisés.

4. Flexibilité

Une traductrice humaine peut répondre aux exigences et aux souhaits du client et adapter les traductions en conséquence, alors qu’une IA doit recommencer à zéro à chaque modification. Cela signifie qu’à chaque modification quelqu’un doit alimenter l’AI, la faire effectuer la traduction, puis la contrôler et la corriger à nouveau.

5. Temps de traitement plus rapides

Cela peut sembler paradoxal, mais dans certains cas – voir le dernier point – les traducteurs humains peuvent travailler plus rapidement que les outils de traduction automatique. Comme ces outils doivent être utilisés et contrôlés par une personne compétente, il es donc parfois plus rentable d’engager un traducteur humain que d’utiliser un outil de traduction automatique.

6. Plusieurs langues suisses

La Suisse a quatre langues officielles, ce qui peut nécessiter une traduction professionnelle dans plusieurs langues. Avec un peu de chance, il est possible de trouver une traductrice maîtrisant plusieurs langues nationales, ce qui permet d’assurer la cohérence de vos traductions et leur conformité avec la culture de votre entreprise auprès d’une source unique.

7. La Suisse est une nation multiculturelle

La Suisse est une société multiculturelle composée de différentes régions avec leurs populations, qui ont chacune leur propre culture, leurs propres traditions et leurs propres mentalités. Un traducteur humain peut améliorer la compréhension de ces différences culturelles et s’assurer que les traductions sont adaptées en conséquence.

8. Documents commerciaux et juridiques

Dans certains cas, des documents importants, tels que des contrats ou des documents commerciaux, doivent être traduits avec précision et exactitude afin d’éviter tout litige. Dans ce cas, il est extrêmement important que la traductrice ait une connaissance approfondie du cadre juridique du pays concerné, car le droit suisse diffère du droit européen. Dans de tels cas, on ne peut pas partir du principe que les lois ont le même nom dans tous les pays germanophones ou qu’elles concernent les mêmes articles – l’IA fait-elle une distinction correcte ? Dans la plupart des cas, elle a été programmée en Allemagne et entraînée par des utilisateurs allemands, il y a donc de fortes chances que la traduction ne soit pas spécifique à la Suisse !

9. Confidentialité et protection des données

Certains fournisseurs d’outils de traduction en ligne utilisent les textes des utilisateurs pour entraîner et améliorer leur IA. Il est important de lire les conditions d’utilisation et les conditions de protection des données avant de les utiliser, afin d’éviter que vos textes ou ceux de vos clients ne soient enregistrés et n’apparaissent un jour sur Internet.
Les traducteurs humains ont l’habitude de traiter les textes de leurs clients de manière confidentielle et signent volontiers une convention à cet effet sur demande.

La semaine prochaine, je vous expliquerai dans quels cas la traduction automatique à l’aide d’une IA est suffisante ou même supérieure au traducteur humain.

Publié dans Notes

Traduction des blogs d’entreprise et référencement SEO réussi

Une traductrice de blogs d’entreprise a pour mission de traduire les articles de blog d’une entreprise dans une autre langue. Elle doit, évidemment, s’assurer que le contenu des articles de blog soit correctement reproduit et compréhensible dans la langue cible et que la traduction respecte le style et le ton de l’original.

Pour mener à bien cette tâche, la traductrice doit avoir une bonne connaissance de la langue cible et en même temps maîtriser la terminologie spécifique de l’entreprise. Il est également important qu’elle connaisse les produits et services de l’entreprise afin de pouvoir effectuer des traductions précises et correctes.

En outre, la personne qui traduit le blog d’une entreprise doit également être capable de formuler des idées complexes de manière compréhensible et de les présenter sous une forme attrayante et lisible. Elle doit également être capable de se familiariser rapidement avec de nouveaux sujets et de les communiquer d’une manière appropriée pour l’entreprise.

La traductrice doit donc non seulement s’assurer que le contenu est rendu de manière correcte et compréhensible dans la langue cible, mais aussi que les traductions répondent aux exigences des moteurs de recherche. Cela implique notamment que la traductrice étudie les termes de recherche pertinents dans la langue cible et les intègre dans ses traductions.

Il est essentiel que la traductrice comprenne l’importance du SEO et comment elle peut contribuer à améliorer le référencement d’un site web ou d’un blog par les moteurs de recherche dans la langue cible. Elle doit également être en mesure de répondre aux exigences de l’entreprise en matière de référencement et d’adapter les traductions en conséquence.

Des connaissances en SEO ne sont pas toujours obligatoires pour la traductrice. De nos jours, les grandes entreprises en particulier délèguent ces tâches à des experts SEO spécialisés dans la langue cible. Dans ce cas, la traductrice se concentre exclusivement sur la traduction du contenu et travaille en étroite collaboration avec les experts en référencement pour s’assurer que les exigences en ce qui concerne la qualité des textes soient respectées.

Publié dans Notes

En quoi mon offre est différente de celle de la concurrence?

Client : “En quoi votre offre diffère-t-elle de celle d’une agence de traduction ?”

Moi : “Bonne question, laissez-moi vous répondre ! Ce qui différencie mon offre de celle d’une agence, c’est ma flexibilité !
Je suis une généraliste avec une formation variée (sociologie, psychologie, journalisme) et 25 ans d’expérience non seulement dans la traduction allemande, mais aussi dans le marketing, la vente et la création de contenus. Je peux adapter mes services de manière précise et flexible à vos besoins.”

À ma connaissance, aucun autre service linguistique personnalisé n’offre cette flexibilité et c’est pourquoi je suis ravie de vous inviter à l’essayer par vous-même. Décrivez dans les commentaires les défis auxquels vous êtes confronté en ce qui concerne la Suisse alémanique. Je me ferai un plaisir de vous soutenir !

Publié dans Notes

Respect

Certaines de mes collègues parlent mal de leurs clients : Les contraintes de temps et de budget ne leur permettraient pas de faire du vrai bon travail.

Car oui, un bon travail prend du temps et le temps d’une traductrice ayant fait des études spécialisées et se formant en permanence vaut évidemment plus que le salaire minimum légal.

Mes clients en sont conscients. Ils fabriquent eux-mêmes des produits de qualité ou en vendent, et ils savent bien sûr que le travail de qualité a un prix.

Mais ce n’est pas sur de telles évidences que je voulais écrire aujourd’hui. Je voulais écrire sur le respect. Le respect n’est jamais à sens unique. Comment puis-je espérer, en tant que prestataire de services, que mes clients me respectent si je ne les considère que comme des payeurs et non comme des partenaires avec lesquels je noue une relation d’affaires qui implique bien entendu de donner et de recevoir ? La réciprocité est un mot-clé important dans ce contexte.

Mes clients sont des êtres humains et c’est en tant qu’êtres humains que je les perçois et que je les aborde.

Et je peux dire sans mentir que le respect est mutuel !

Comment cela se passe-t-il pour vous ? Pour vous, une vente, une commande, une transaction entre deux entreprises ou la base d’une relation entre deux personnes, entre deux partenaires commerciaux ?

Publié dans Notes

Trois choses que je ferai différemment, si je devais recommencer aujourd’hui

Chacune et chacun d’entre nous a fait des erreurs lors du lancement de son entreprise. C’est normal. La création d’une entreprise est toujours un processus d’apprentissage!

Moi, par exemple, je voulais tout faire par moi-même et j’avais peur que les gens me considèrent comme incompétente si j’admettais que je ne savais pas faire certaines choses. Mais au final, j’ai économisé de l’argent au mauvais endroit ! Acquérir de nouvelles compétences (qui souvent ne vous passionnent même pas vraiment) est possible, mais cela demande beaucoup de temps et d’énergie… et le résultat est au mieux médiocre comparé au travail de quelqu’un qui a appris son métier correctement.

Trois choses que je ferai différemment, si je devais recommencer aujourd’hui:

  • faire appel à un comptable/fiduciaire pour s’occuper de mes finances ;
  • engager un graphiste pour élaborer un concept visuel cohérent, de sorte que, dès le premier jour, ma comm fera une impression professionnelle avec une valeur de reconnaissance ;
    et enfin, last but not least, je voudrais
  • engager une personne externe pour s’occuper de la communication

Le dernier point peut surprendre, après tout, je gagne mon argent dans les communications. Mais comme vous le savez, les enfants du cordonnier ont les plus mauvaises chaussures. On devient comme aveugle à sa propre entreprise ou son travail et commet soi-même les erreurs qu’on est pourtant très attentif à éviter avec ses clients.

Y a-t-il également des choses dans votre vie d’entrepreneur que vous feriez différemment aujourd’hui ?

Publié dans Notes

Le marché suisse est assez petit…

Je me demande toujours pourquoi certaines entreprises se permettent de passer à côté du plus grand marché de la Suisse, à savoir la Suisse alémanique. D’un point de vue commercial, cela n’a aucun sens !

Est-ce que vous et votre entreprise en faites partie ? Seriez-vous prêt à partager avec moi les raisons qui ont conduit à cette décision ? Une connaissance m’a récemment dit que c’était simplement de la paresse – mais j’ai du mal à le croire.

Aidez-moi à comprendre ! Je me réjouis de recevoir votre courrier à l’adresse info@textes-en-allemand.ch.

Publié dans Notes

Difficile à apprendre…

Je n’ai jamais pensé que se mettre à son compte et monter sa propre entreprise serait facile, mais rien ne vous prépare vraiment à faire face à tout ce qui peut vous tomber dessus.

L’une des leçons les plus difficiles a été qu’il ne suffisait pas d’être bon dans un domaine et d’avoir un joli site web pour en faire la promotion….. .

Pour que mes clients puissent me trouver, je devais rassembler tout mon courage et me rendre visible : Visible comme un être humain complet, avec mes forces mais aussi mes faiblesses. Et ça, jour après jour, tous les jours de la semaine.

Et chaque jour, je dois à nouveau faire face à mes doutes : Mon offre est-elle suffisamment bonne ? Suis-je assez bonne dans mon domaine ?

Curieusement, j’en suis aussi quelque peu contente. Parce que ces doutes me permettent de surmonter mes peurs chaque jour, de grandir à partir de celles-ci, et là où j’ai encore des lacunes, de les combler et d’apprendre davantage, pour m’améliorer constamment.

Et vous, avez-vous parfois des doutes sur vous-même ?
Discutons-en dans les commentaires.