Publié dans Notes

Partie 1: Pourquoi un traducteur humain est supérieur à une intelligence artificielle

Les intelligences artificielles (IA) sont sur toutes les lèvres dans le secteur de la traduction et de nombreux et nombreuses collègues craignent d’être bientôt remplacés par une IA. Je ne pense pas que ce soit le cas.

Voici pourquoi l’engagement d’une traductrice humaine va rester indispensable à une entreprise moderne qui souhaite servir toute la Suisse :

1. Qualité

Un traducteur humain peut mieux garantir la qualité de la traduction en tenant compte de la contextualisation, du sens et des nuances de la langue source. Si une IA fait la traduction, un humain compétent en langues doit faire le post-processing pour assurer ces finesses.

2. Sensibilité culturelle

Une traductrice humaine connaît les différences culturelles et des mentalités et peut adapter les traductions en conséquence afin de s’assurer qu’elles sont pertinentes et compréhensibles pour le public cible. Comme pour le premier point, un être humain doit intervenir après une traduction automatique pour contrôler le travail de la machine et le corriger si nécessaire.

3. Des connaissances spécialisées

Un traducteur humain dispose généralement d’une solide expertise dans un ou plusieurs domaines et peut donc traduire des textes et des documents complexes de manière précise et correcte, alors qu’une IA est programmée pour traiter principalement des sujets généraux et a tendance à s’embrouiller dans les textes spécialisés.

4. Flexibilité

Une traductrice humaine peut répondre aux exigences et aux souhaits du client et adapter les traductions en conséquence, alors qu’une IA doit recommencer à zéro à chaque modification. Cela signifie qu’à chaque modification quelqu’un doit alimenter l’AI, la faire effectuer la traduction, puis la contrôler et la corriger à nouveau.

5. Temps de traitement plus rapides

Cela peut sembler paradoxal, mais dans certains cas – voir le dernier point – les traducteurs humains peuvent travailler plus rapidement que les outils de traduction automatique. Comme ces outils doivent être utilisés et contrôlés par une personne compétente, il es donc parfois plus rentable d’engager un traducteur humain que d’utiliser un outil de traduction automatique.

6. Plusieurs langues suisses

La Suisse a quatre langues officielles, ce qui peut nécessiter une traduction professionnelle dans plusieurs langues. Avec un peu de chance, il est possible de trouver une traductrice maîtrisant plusieurs langues nationales, ce qui permet d’assurer la cohérence de vos traductions et leur conformité avec la culture de votre entreprise auprès d’une source unique.

7. La Suisse est une nation multiculturelle

La Suisse est une société multiculturelle composée de différentes régions avec leurs populations, qui ont chacune leur propre culture, leurs propres traditions et leurs propres mentalités. Un traducteur humain peut améliorer la compréhension de ces différences culturelles et s’assurer que les traductions sont adaptées en conséquence.

8. Documents commerciaux et juridiques

Dans certains cas, des documents importants, tels que des contrats ou des documents commerciaux, doivent être traduits avec précision et exactitude afin d’éviter tout litige. Dans ce cas, il est extrêmement important que la traductrice ait une connaissance approfondie du cadre juridique du pays concerné, car le droit suisse diffère du droit européen. Dans de tels cas, on ne peut pas partir du principe que les lois ont le même nom dans tous les pays germanophones ou qu’elles concernent les mêmes articles – l’IA fait-elle une distinction correcte ? Dans la plupart des cas, elle a été programmée en Allemagne et entraînée par des utilisateurs allemands, il y a donc de fortes chances que la traduction ne soit pas spécifique à la Suisse !

9. Confidentialité et protection des données

Certains fournisseurs d’outils de traduction en ligne utilisent les textes des utilisateurs pour entraîner et améliorer leur IA. Il est important de lire les conditions d’utilisation et les conditions de protection des données avant de les utiliser, afin d’éviter que vos textes ou ceux de vos clients ne soient enregistrés et n’apparaissent un jour sur Internet.
Les traducteurs humains ont l’habitude de traiter les textes de leurs clients de manière confidentielle et signent volontiers une convention à cet effet sur demande.

La semaine prochaine, je vous expliquerai dans quels cas la traduction automatique à l’aide d’une IA est suffisante ou même supérieure au traducteur humain.