Publié dans Notes

Partie 2: Pourquoi une intelligence artificielle est supérieure à un traducteur humain

Il y a une semaine, j’ai expliqué ici pourquoi un traducteur ou une traductrice humain(e) était supérieur(e) à une IA. Aujourd’hui, je me suis penchée sur les raisons qui justifient l’exact contraire : Au lieu de confier une traduction à un humain qualifié, quelles sont les raisons de confier cette tâche à une IA ?

1. Temps réel

Les outil de traduction automatisée basés sur l’IA peuvent travailler en temps réel et sont donc plus rapides que les traducteurs humains. Cependant, la question de l’exactitude et de la précision de la traduction se pose si la traduction est publiée sans post-traitement. Cela peut être acceptable pour des applications internes à l’entreprise, mais les utilisateurs doivent être conscients à tout moment que des erreurs de traduction peuvent se glisser, et je ne parle pas ici de fautes d’orthographe ou de grammaire, mais du fait que des déclarations sont mal restituées.

2. Grandes volumes de texte

Un système de traduction basé sur l’IA est capable de traduire très rapidement de grandes quantités de texte. Toutefois, la question de la fiabilité de la traduction se pose également ici. Selon le contexte, de petites erreurs de traduction peuvent être totalement hors de propos, semer la confusion, rendre le texte incompréhensible – ou dans le pire des cas même mettre des vies en danger !

3. Quantité d’informations à disposition

Les systèmes d’IA ont accès à d’immenses bases de données de traductions antérieures et peuvent donc s’y référer pour améliorer la qualité de la traduction. Aucune traductrice humaine ne pourra jamais garder en tête autant d’informations en même temps.

4. Plusieurs langues cibles et sources

Les systèmes basés sur l’IA sont capables de traduire simultanément plusieurs langues sources et cibles, ce qui leur permet de s’adresser à un public plus large. Certains traducteurs humains maîtrisent trois ou quatre langues sources, mais il serait prétentieux de vouloir traduire dans plus d’une ou deux langues cibles avec une qualité constante. La plupart d’entre nous ne travaillent que vers leur propre langue maternelle, et ce pour de bonnes raisons. En revanche, le logiciel DeepL maîtrise actuellement 29 langues entre lesquelles il peut traduire de manière transparente et en temps réel.

5. Nuances culturelles et les idiomes

Les systèmes d’IA sont capables de saisir et de prendre en compte toutes les nuances culturelles et idiomes, ce qui est souvent difficile pour les traducteurs humains en raison de la quantité pure et simple d’expressions et de nuances.

Les systèmes d’IA peuvent capturer d’énormes quantités de textes et utiliser des techniques d’apprentissage automatique pour stocker toutes les nuances culturelles et les idiomes qu’ils contiennent et les utiliser ultérieurement. Pour ce faire, ils développent une “compréhension” de la manière dont certains mots, expressions et phrases sont utilisés dans une langue, de leur signification et de leur contexte. D’ailleurs, notre cerveau fonctionne de manière très similaire lorsqu’il apprend une nouvelle langue.

6. Disponibilité, pas de fatigue

Les systèmes d’IA sont disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et fonctionnent sans erreurs de concentration ou d’inattention ni retards dus à la fatigue. Ils n’oublient rien et ne négligent rien. Ils n’ont même pas besoin de vacances ! C’est quelque chose que les humains ne peuvent sans aucun doute pas faire.

7. Détecter et corriger automatiquement les erreurs

Grâce à la reconnaissance des schéma (“pattern”), aux méthodes statistiques (calcul des probabilités), les systèmes d’IA et les réseaux neuronaux peuvent analyser les traductions pour déterminer si elles sont grammaticalement correctes et sémantiquement pertinentes. Cependant, les traductions automatiques sont encore parfois erronées, car l’IA interprète mal le contexte.

8. Apprentissage automatique

Les outils de traduction basés sur l’IA peuvent s’améliorer grâce à ce qui précède, et ainsi améliorer continuellement la qualité de leurs traductions. Pour cela, ils ont encore besoin pour l’instant d’un traducteur humain qualifié qui corrige les erreurs à la main, classe correctement les mots individuels et donne le contexte si l’IA s’est trompée.

Conclusion

Ce ne sont que quelques points ! Cependant, presque chacun de ces points comporte un ou plusieurs “mais”. Et les “mais” indiquent surtout une chose : Les outils de traduction basés sur des systèmes d’intelligence artificielle ne sont pas des traducteurs à part entière et ne pourront pas (encore ?) les remplacer.

Par contre, ce sont déjà aujourd’hui des outils efficaces qui vont profondément modifier nos processus de travail. Que nous le voulions ou non : ce poussin a éclos et ne retournera pas dans l’œuf !

C’est pourquoi, dans la prochaine et dernière partie de cette petite série, je vous parlerai de la manière dont je travaille avec des intelligences artificielles pour rédiger et traduire des textes.