Posted in Articles

Gagner du temps et de l’argent : Comment les services intégrés de rédaction et de traduction peuvent aider votre entreprise

Une entreprise romande doit tôt ou tard envisager d’étendre son marché à la Suisse alémanique si elle veut se développer à l’intérieur du pays. Le potentiel de marché des cantons germanophones est au moins trois fois plus important que celui de la partie francophone de la Suisse.

Une communication efficace et cohérente dans les deux régions linguistiques et par-delà la “barrière de rösti” joue un rôle essentiel, mais constitue également un grand défi.

Dans cet article, je vais vous montrer comment des services de traduction et de rédaction intégrés peuvent garantir une communication d’entreprise de haute qualité tout en contribuant à économiser du temps et de l’argent.

Le multilinguisme en Suisse

Le thème du multilinguisme en Suisse m’accompagne depuis mon mémoire de licence en sociologie, que j’ai rédigé en 1995/96 sur la « barrière du rösti », cette fameuse frontière linguistique et culturelle entre la Suisse francophone et la Suisse alémanique.

Comme vous le savez certainement, il y a quatre langues officielles en Suisse : Allemand, Français, Italien et romanche. L’allemand et le français sont les langues les plus répandues, l’allemand étant parlé par environ 62% de la population et le français par environ 23%. Les entreprises basées en Suisse romande qui souhaitent s’étendre en Suisse alémanique doivent donc s’assurer que leur communication dans les deux langues est sans faille et adaptée aux mentalités respectives.

Défis de l’expansion en Suisse alémanique

Examinons de plus près les défis qu’une entreprise doit surmonter lorsqu’elle s’implante dans une nouvelle région linguistique :

  1. Les barrières linguistiques : Les différences entre le français et l’allemand vont au-delà de la langue et comprennent également des différences culturelles qui doivent être prises en compte dans la communication.
  2. Le coût des traductions : Les traductions de qualité sont chères et prennent souvent du temps, en particulier lorsqu’il faut faire appel à des agences de traduction externes.
  3. Perte de temps : dans les médias sociaux en particulier, il faut pouvoir réagir rapidement aux commentaires et aux demandes, que ce soit dans le cadre du marketing, du service clientèle ou, le cas échéant, de la modération de discussions controversées.
  4. Cohérence et qualité : il peut être difficile de garantir une communication cohérente et de qualité dans les deux langues, en particulier lorsque plusieurs prestataires de services sont responsables de la traduction, de la rédaction et de la gestion de la communauté.

Services de traduction et de rédaction intégrés : une seule solution

Les services de traduction et de rédaction intégrés constituent une solution efficace à ces défis. Ces services combinent les compétences d’un traducteur professionnel avec celles d’un rédacteur et d’un community manager expérimentés, offrant ainsi plusieurs avantages :

  1. Rentabilité : en combinant les services de traduction et de rédaction, les entreprises peuvent réduire leurs coûts en ne faisant appel qu’à un seul prestataire au lieu de deux. Cela réduit non seulement les coûts directs, mais aussi la charge administrative.
  2. Efficacité en termes de temps : les services intégrés peuvent réduire le temps nécessaire à la création et à la révision du contenu, car le processus de traduction et de rédaction se déroule de manière transparente et sans interruption. Cela permet également de réduire considérablement le temps de réponse aux commentaires et aux demandes dans la langue “étrangère”.
  3. Qualité cohérente : une approche intégrée garantit la cohérence et la qualité de la communication dans les deux langues. Le prestataire de services connaît les besoins de l’entreprise et peut les traduire dans les deux langues.

Meilleures pratiques pour l’utilisation de services de traduction et de rédaction intégrés

  1. Choisir le bon prestataire de services : veillez à choisir un prestataire de services qui possède à la fois d’excellentes compétences linguistiques et une expérience de la rédaction marketing et de la traduction. Les références et les évaluations des clients peuvent être utiles à cet égard.
  2. Des directives de communication claires : Définissez des directives et des attentes claires pour la communication dans les deux langues. Cela aidera le prestataire de services à mieux comprendre vos exigences et à les mettre en œuvre.
  3. Vérification régulière et feedback : des vérifications régulières et des boucles de feedback sont importantes pour s’assurer que la communication est conforme à la politique de l’entreprise, à l’identité d’entreprise au sens large et aux exigences de qualité.

Conclusions

L’expansion des entreprises romandes en Suisse alémanique offre un énorme potentiel, mais nécessite une communication multilingue soigneusement planifiée et exécutée. Les services intégrés de traduction et de rédaction offrent une solution rentable et un gain de temps pour relever ce défi. En combinant traduction et rédaction au sein d’un même prestataire, les entreprises peuvent s’assurer que leur communication est cohérente et de haute qualité, ce qui contribue en fin de compte à une entrée réussie sur le marché de la nouvelle région linguistique.

Posted in Articles

Qu’est-ce qu’un helvétisme et pourquoi est-il important de l’utiliser dans vos textes allemands ?

On remarque dans un texte si le traducteur était un Allemand ou un Suisse. Il faut en être conscient lorsqu’une entreprise suisse fait traduire ses textes par quelqu’un à l’étranger ou bien DeepL !

DeepL est une aide merveilleuse, mais il faut savoir qu’il a été développé en Allemagne et entraîné avec l’allemand standard – et non avec l’allemand standard suisse. Un public germanophone s’en rend compte ! En français, nous connaissons aussi cela : en France, on utilise un vocabulaire légèrement différent de celui du Québec, de la Belgique ou de la Suisse (oui “nonante”, je te parle !). Certains mots sonst même des faux amis, c’est-à-dire ils existent dans les deux pays mais ont des significations différentes (p.ex. cervelat)!

Voici quelques exemples de ce que l’on appelle des helvétismes en allemand standard suisse

FrançaisAllemand standard d’AllemagneAllemand standard Suisse
crèmeSahneRahm
fondueKäsefondueFondue
bisquitKeksGüezi / Guezli
pneuReifenPneu
toiletteKloToilette / WC
cervelatCervelat
Brühwurst
Streichwurst
Cervelat
trottoirGehsteigTrottoir
poireauPorreeLauch
racine rougeRote BeteRande
apéroUmtrunkApéro
dégustationVerkostungDegustation

Il ne s’agit là que de quelques exemples de ce que l’on appelle des helvétismes. Il existe bien d’autres mots et expressions qui sont utilisés différemment en Suisse et en Allemagne. Ce ne sont pas non plus des mots de dialecte, mais ils font partie du Hochdeutsch écrit ici (le “Schriftdeutsch”) et apparaissent également dans les dictionnaires officiels, etc.

Pourquoi est-il important de connaître ces mots et d’autres particularités du Hochdeutsch suisse (Schweizer Standarddeutsch)?

Lors de la traduction d’un texte d’une langue à une autre, les habitudes linguistiques et les différences culturelles du pays cible doivent être prises en compte (localisation). Cela est particulièrement vrai pour la traduction vers l’allemand, car l’espace germanophone (appelé espace D-A-CH) compte plusieurs langues standard régionales (en Autriche aussi, on écrit son propre allemand écrit), des particularités culturelles et des mentalités.

La relation entre la Suisse et l’Allemagne peut être compliquée. D’un point de vue linguistique, d’autant plus que les dialectes suisse allemands parlés sont très différents du Hochdeutsch, et que le “Schriftdeutsch” est notre première langue étrangère (mal aimée par beaucoup !). C’est l’une des raisons pour lesquelles, en Suisse alémanique, si vous déballez votre haut allemand scolaire, on vous répondra soit en dialecte suisse allemand, soit en français, soit en anglais, mais rarement en bon allemand.

Sympathie et image de marque

La localisation, c’est-à-dire l’adaptation du vocabulaire utilisé, est ici fortement recommandée non seulement pour améliorer la compréhension du texte, mais aussi pour faciliter l’acceptation de son contenu ! En d’autres termes, si un texte ressemble trop à de l’allemand « d’Allemagne », cela peut rendre l’expéditeur antipathique aux yeux du lecteur Suisse et amener ce dernier à rejeter le contenu !

Or, en matière de communication marketing, vous voulez faire bonne impression ! Sinon, la communication ne remplit pas son objectif. Ce n’est qu’en créant un lien émotionnel positif avec le lecteur que l’image de votre entreprise ou de votre marque peut marquer des points. Pour cela, il est important d’utiliser des expressions et des tournures “helvétiques” – et d’éviter les termes à charge négative (rappelons-le : langue étrangère mal-aimée !).

SEO – être trouvé ou non, telle est la question ici

Outre l’image de votre marque, il y a un autre enjeu si vous n’utilisez pas les mots juste dans vos textes : Vous ne serez pas trouvé par votre audience cible !

De quoi s’agit-il ? C’est très simple: aucun Suisse ne cherchera “Sahnesosse” s’il cherche une recette de “sauce à la crème”, mais en Suisse on cherchera “Rahmsauce”.

Si vous ne connaissez pas ce genre de détails, vous n’écrirez pas seulement à côté de votre groupe cible, mais aussi pour la poubelle. En effet, les moteurs de recherche ne présenteront pas les textes à un public suisse (car personne ne cherche ici “Sahnesosse”), ni à un public allemand (car les pages en rapport avec la Suisse n’y apparaissent pas en premier lieu pour les utilisateurs allemands).

Si le sujet vous intéresse, je me ferai un plaisir d’en écrire plus sur la localisation et la traduction du SEO en allemand dans ces pages dans les semaines à venir.

D’ici là, je vous recommande, ainsi qu’à vos collaborateurs du domaine de la communication, de vous familiariser avec l’allemand standard suisse. L’ouvrage de référence suivant peut vous y aider :

Schweizerhochdeutsch: Wörterbuch der Standardsprache in der deutschen Schweiz
von Hans Bickel und Christoph Landolt, Duden Verlag, 2018
Schweizerhochdeutsch: Wörterbuch der Standardsprache in der deutschen Schweiz
von Hans Bickel und Christoph Landolt, Duden Verlag, 2018

Ce livre contient non seulement une liste exhaustive de mots qui sont utilisés différemment en Suisse qu’en Allemagne, mais explique également d’autres particularités linguistiques et grammaticales de l’allemand standard suisse.

Vous avez des questions sur cet article ? N’hésitez pas à me les poser par e-mail à info@textes-en-allemand.ch ou par Messenger. Je m’efforcerai d’y répondre dans un prochain article.

découvrez d’autres articles sur la langue allemande

Posted in Allemand, Internet, Tourisme, Traduction

Le P’tit Train de Valangin


Le site allemand du P’tit train de Valangin est en ligne. Le P’tit train est une attraction touristique de mon village, exploitée par une association de bénévoles.
Je me réjouis d’avoir pu soutenir cet équipe engagée!

découvrez d’autres projets clients